La Rupture : Dealing with open wounds – Chronique

Dealing With Open Wounds ( 2014 )

La vague Indie / Pop-Punk a beau être beaucoup moins présente en France que sur le continent US, l’impact de combos américains se fait encore sentir. Pour autant, La Rupture s’avère représenter cette scène en nos contrées et après un petit split avec Homesick, le quatuor revient pour un nouvel EP avec 4 titres à l’apparence solides, passant pour l’occasion dans la langue de Sheakspeare.
Même si on retrouve pas mal de points proches de la scène outre-atlantique (pensez également à The Flatliners sur certains passages), La Rupture s’en approprie les codes : des choeurs de « A thousand nights out », quelques passages à la Wank for Peace, une succession d’accords et de notes qui révèlent quelques airs de familles avec les parties les plus pop de Blink-182 (notamment le jeu de basse). Sur les morceaux de Dealing with open wounds, point de cartons rouges, La Rupture a saisi ce que l’on pouvait attendre : un petit côté émotion, des rythmiques entrainantes et parfois un air triste dans la voix (« Cheap beers and Empty Dreams ») ; classique mais efficace / catchy et bien exécuté.

Même s’il ne paie pas de mine, l’objet est de bonne facture. Derrière un packaging fait main, le 4 titres de La Rupture s’en sort honorablement dans un registre ultra-maitrisé depuis maintenant plusieurs années. Pour autant, « A thousand nights out » confirme qu’on peut apprécier ce disque et être agréablement surpris.

Metalorgie.